Villars-sur-Glâne, commune phare gouvernée par la gauche

Constat réjouissant en fin de législature : la commune se porte très bien. Certes, la situation financière est le reflet de rentrées fiscales inespérées des personnes morales. Forte aurait pu être la tendance de vouloir investir à tout va. La gauche majoritaire a su garder la tête froide et s’est efforcée de réduire la dette : des 68 millions en 2011, elle est passée à 56 millions à fin 2015, sans augmenter le taux d’impôt.

La gauche a voulu une politique réaliste des dépenses sans prétériter ni les investissements pour la qualité de vie, ni les services de proximité, ni les avantages en faveur de la population. Elle a développé la mobilité douce, implanté des zones trente dans les quartiers résidentiels, favorisé les énergies renouvelables, obtenu les labels Cité de l’énergie et Commune à papillons, pour ne citer que cela. Elle a géré le projet d’écologie industrielle réalisé à Moncor, garant de standards environnementaux de qualité dans un site économique d’importance.

L’offre sportive et des loisirs s’est étoffée : terrains de sport, sport en salle l’hiver (open Sundays),  concept des communes sympas pour rendre la commune à ses habitants, animations diverses pour dynamiser la vie sociale – autant d’actions qui ont impliqué un fort engagement des élus communaux.

Le mieux vivre ensemble s’est aussi traduit par un accueil personnalisé des migrants et des nouveaux habitants, notamment dans le cadre de VillarSympa ; les familles n’ont pas été oubliées avec la mise en œuvre très rapide de la 2ème année d’école enfantine ainsi qu’un renforcement et une extension des accueils extrafamiliaux. L’aide au logement pour les personnes à revenus modestes a été maintenue. Les Martinets ont été agrandis pour tenir compte de notre population âgée.

On nous a reproché notre manque de vision d’avenir, notre frilosité et notre égoïsme qui nous ont menés à refuser la fusion du Grand Fribourg, pour éviter une hausse fiscale. C’est oublier que notre belle santé se traduit par une solidarité intercommunale de 8 millions de francs et que sans elle, la donne des autres communes changerait fortement. Nous assumons nos choix politiques et avons œuvré au mieux de notre conscience pour notre Commune.

C’est ce que nous entendons continuer dans la législature à venir, si les citoyennes et les citoyens de Villars-sur-Glâne nous font confiance et nous en donnent les moyens.

Erika Schnyder, syndique